Prose poétique, épitaphe amoureux (8): L’Espoir.

lescoursjulien.com

Prose poétique, épitaphe amoureux (8): L’Espoir.

Chapitre VII: L’Espoir ?

Nous ne sommes plus dans une guerre civile contrairement au roman L’Espoir de Malraux. Nous ne sommes plus momentanément ou pour longtemps dans l’invective, l’incompréhension permanente, la défiance, la méfiance et le bruit. Nous avons renoué petitement, nous avons repris doucement le fil de la discussion fracturée depuis un mois, depuis plus d’un an. Tout semble devoir se dérouler un dimanche dans notre roman, alors c’était dimanche dernier le 20 Juin. 

Pour une fois, elle a pratiquement plus parlé que moi. J’use des mots à l’oral comme à l’écrit, je ne fais pas dans l’économie. Je prends de la place, je meuble l’espace, je ne suis pas reposant, je peux être agaçant. Elle parle peu, et j’écoute peu. Il est temps qu’elle parle plus et que j’écoute plus. Communication et attention constituent les deux piliers d’un début de solution. 

Elle commence à me dire la vérité, à ne plus cacher, à ne plus mentir, à me respecter. La vérité fait mal, trouble, paraît irréelle, mais elle est nécessaire, elle est enfin saine, elle n’est pas belle mais elle est lien et confiance. 

Elle commence à percevoir la souffrance qu’elle m’a infligée, ces coups de poignard dans le coeur avec lesquels elle m’a torturé, le malheur qu’elle a créé. Elle est en colère contre moi, depuis un an et demi elle me met de côté et dans cette colère y trouvait la légitimité, et la normalité de sa tromperie. Elle a mis enfin les vrais mots sur son comportement. Elle n’a pas fuit comme elle le faisait dernièrement. 

Elle commence à regarder ses excès à l’aune de notre amour, à les juger au miroir de nos années, à me regarder en pensant que je pourrais lui manquer. Elle doute, elle ne sait si Nous peut recommencer, si cela est possible. Elle ne voulait pas me quitter….et ici mon esprit d’homme peine à raisonner l’inconcevable. Elle me trompait sans se l’avouer tout en désirant secrètement ou non me garder. 

Pour elle l’autre est un double maléfique de moi. Je croyais être unique, un Julien qui n’existe qu’une fois. Me voilà dupliquer, cloner. Elle allait chercher en lui ce qu’elle ne trouvait plus en moi. Pourtant depuis un an et demi, il aurait juste fallu qu’elle me laisse approcher, qu’elle demande, qu’elle soit tendre…mais elle ne le pouvait.

Espoir d’une journée passée ensemble à parler aussi de sujets plus légers, à rire et à sourire plusieurs fois, à se regarder. Espoir ténu, faible, réduit, car l’avenir semble incertain, mais espoir quand même. Quand elle s’est engagée dans l’escalator la menant au quai de son train, elle s’est retournée vers moi et m’a fait signe de la main…

Espoir à construire ou à enfouir? Elle ne peut revenir sans agir, sans plus me raconter, sans plus se faire pardonner. Elle ne pourrait revenir, et je ne pourrais l’accueillir pour le même échec, pour le même cauchemar. Même si nous sommes liés par la passion, nos avons besoin de repos et de calme, même si nous sommes liés par la passion, nous avons besoin d’une tendresse peu bruyante, d’une gentillesse prévenante. Elle ne pourrait revenir sans que j’y pose quelques conditions qui laveraient un peu mon honneur, qui reconstitueraient un peu ma dignité, qui poseraient les premières dalles de la route de la confiance retrouvée. 

Esquisse d’un espoir dont tous les deux sommes bien conscients qu’il est encore lointain, qu’il se nomme peut-être mirage, qu’il n’est peut-être que de passage. Mais, en cette matière-là, celle de l’amour qui nous unit, je suis courageux, opiniâtre, réfléchi. Je ne laisserais pas quinze années partir en fumée sans me battre contre lui, contre moi, un peu contre elle aussi s’il le faut. Je ne laisserais pas quinze années disparaître sans lui tendre la main, débuter un nouveau chemin, changer de destin. Je ne laisserais pas quinze années se ratatiner sans essayer de changer, de me changer moi dans ce que j’ai de mauvais, sans embrasser de nouveaux desseins. 

Et Elle?

 (A suivre…)
Pour les épisodes précédents : Prose poétique, Épitaphe amoureux (1): Prologue. Prose poétique, épitaphe amoureux (2): La rencontre. Prose poétique, Épitaphe amoureux (3): chance ou destin. Prose poétique, Épitaphe amoureux (4): premiers émois. Prose poétique, Épitaphe amoureux (5): entre aujourd’hui et hier. Prose poétique, épitaphe amoureux (6): « une belle rencontre avec son amant ». Prose poétique, épitaphe amoureux (7): maintenant.

lescoursjulien.com

Pages Facebook: Les cours Julien, ou Bac de français

Twitter:@lescoursjulien

Contact: lescoursjulien@yahoo.fr

2 commentaires sur “Prose poétique, épitaphe amoureux (8): L’Espoir.”

  1. Ping : Podcast audio, épitaphe amoureux, prose poétique (8): L’Espoir? - Les Cours Julien

  2. Ping : Prose poétique, épitaphe amoureux (11): chapitre X, un bain de pétales de roses. - Les Cours Julien

Laisser un commentaire