Analyse linéaire l’albatros, étude linéaire l’albatros, Les Fleurs du mal, Baudelaire, 1957.

lescoursjulien.com


Analyse linéaire, étude linéaire « L’Albatros », Baudelaire, Les Fleurs du mal, 1857.(Analyse après le texte)
(Ceci n’est pas un modèle, mais un exemple. Vos réflexions personnelles peuvent mener vers d’autres pistes.) 

L’albatros

Charles Baudelaire

Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

A peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l’azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d’eux.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
Lui, naguère si beau, qu’il est comique et laid !
L’un agace son bec avec un brûle-gueule,
L’autre mime, en boitant, l’infirme qui volait !

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l’archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l’empêchent de marcher.

 

Introduction :

Baudelaire, poète de la modernité, publie son grand recueil Les Fleurs du mal en 1857. Il expérimente en passant du romantisme, au mouvement parnassien, puis en insufflant le symbolisme. De même, il remet au goût du jour la forme oubliée du sonnet, et popularise le poème en prose (Spleen de Paris, 1869). Il mène une vie de tourments et de difficultés dont l’angoisse se retrouve dans son concept central du Spleen (humeur dépressive). (accroche avec informations sur l’auteur).

Le poème « L’Albatros » est le troisième poème de Les Fleurs du mal après le prologue constitué par « Au lecteur », et le premier poème « Bénédiction » qui introduit la section « Spleen et Idéal ». Dans ces quatre quatrains en alexandrins à rimes croisées, alternativement féminines et masculines, Baudelaire nous décrit la rencontre brutale entre des marins et des albatros. (Présentation générale du texte)

En quoi ce petit poème constitue-t-il un apologue sur l’intolérance de la société humaine?(Problématique)

Nous analyserons ce poème en trois mouvements. Tout d’abord, nous mettrons en avant à travers la première strophe le choix d’un thème à priori prosaïque. Ensuite, nous détaillerons les péripéties de la rencontre entre les marins et l’oiseau sur les deux strophes suivantes. Enfin, nous dévoilerons le caractère métaphorique du texte dans l’étude de la dernière strophe, de la chute.(annonce des mouvements)

I- Un thème prosaïque, banal. (Première strophe)

  • Le premier mot du premier vers, l’adverbe « Souvent » marque en même temps la répétition, le caractère habituel de l’évènement qui va suivre , et une entrée rapide et directe dans le poème.
  • « Pour s’amuser » évoque le but léger, le divertissement recherché.
  • « les hommes d’équipage » renvoient à un groupe indéterminé, sans identité, quelconque.
  • Au Vers 2, seule occurrence du titre, avec le mot « albatros ». Les autres évocations de l’albatros se font par des périphrases et des métaphores, comme dans la suite du vers « vastes oiseaux des mers » périphrase laudative qui insiste sur l’envergure majestueuse du volatile.
  • Au Vers 3, un portrait moral de l’albatros est esquissé : « Qui suivent, indolents compagnons.. »: attitude inoffensive et plutôt rassurante.
  • Le vers 4 change d’atmosphère, notamment avec l’expression « gouffres amers », métaphore d’une mer avec des grandes vagues, des grands creux. Paronyme avec « amers » qui rappelle évidement la sonorité de « la mer ». Le verbe « glissait » affirme aussi la présence de l’eau.
  • Le rythme binaire des vers miment la houle de la mer.
  • Image saisissante du gouffre, renforcée par l’allitération en « r »: navire, gouffre, amers. Cette allitération dure, après la tranquillité des trois premiers vers, annonce la suite difficile dans les strophes suivantes. 
  • Ce premier mouvement inscrit dans cette première strophe nous pose le cadre du poème : la mer, un bateau, un équipage et un oiseau, un albatros.

II- La rencontre cruelle entre les marins et l’albatros. (Strophes 2,3)

  • Vers 5: « À peine », locution adverbiale soulignant comme dans le premier vers avec « Souvent » l’immédiateté. 
  • Mais surtout vers 5, nous trouvons le terme « les planches », une synecdoque pour le pont du navire, les planches étant les éléments qui constituent le pont. De plus, « les planches » est une syllepse, qui à côté du sens propre énoncé, désigne le théâtre, la scène. Alors, l’albatros est en représentation pour le plaisir d’un public, les marins.
  • Le vers 6 est construit sur un parallélisme antithétique: la périphrase métaphorique « rois de l’azur » s’opposent dans le rythme binaire aux adjectifs péjoratifs « maladroits et honteux ». Cette opposition, que l’on retrouve par la suite dans le poème, s’inscrit dans une opposition plus vaste et plus spirituelle entre le ciel et le sol.
  • Au vers 7, « Laissent piteusement » étire le temps, avec la langueur de « Laissent » (qui admet aussi le caractère subi de la situation pour l’albatros), et les quatre syllabes de « piteusement » qui poursuit le registre pathétique débuté par « maladroit et honteux », presqu’un début de personnification de l’albatros, qui éprouve des sentiments.
  • « Les grandes ailes blanches » s’opposent une nouvelle fois au début du vers, et renvoient à la différence entre la majesté de l’oiseau dans les cieux, mais l’inadéquation de ses attributs sur le sol.
  • Le vers 8 rappelle le lieu de l’action, le pont du navire avec la comparaison « Comme des avirons », et l’inutilité des ailes dans le bateau. Les difficultés de l’oiseau sont aussi suggérées par les allitérations en « r » et « qu »: « Rois », « azuR », « maladRoit », « Que », « Comme », « Côté ».
  • La deuxième strophe se concentre sur les interactions entre l’albatros et les hommes d’équipage. 
  • Le vers 9 reprend la construction antithétique et binaire déjà vue dans la strophe précédente: « Voyageur ailé, gauche te veule! ». une nouvelle fois, on constate le balancement entre l’aventure dans les airs (voyageur) et le ridicule sur le sol (gauche et veule), le courage du voyageur se transforme en peur sur le sol.
  • L’antithèse de nouveaux se remarque au vers suivant: « Lui, naguère si beau, qu’il est comique et laid! ». La beauté et la laideur, encore l’idée du ridicule et l’opposition entre le passé dans les airs « naguère », et le présent sur le plancher « est ».
  • Les deux vers suivants se concentrent sur la cruauté gratuite des hommes, qui usent de violence envers l’animal: « L’un agace son bec avec un brûle-gueule », et se moquent de lui  « L’autre, mime en boitant, l’infirme qui volait! ».
  • Ici, se lit une critique de la vulgarité des hommes, de leurs plaisirs mesquins et violents, ainsi que de leur jalousie, eux incapables de voler et d’avoir autant de majesté.
  • Cette strophe possède un registre fortement pathétique qui dépeint la souffrance morale et physique de l’animal, ainsi qu’une portée satirique sur les comportements humains.

III- Le poète, un albatros humain. (Strophe 4)

  • La chute du poème dans la dernière strophe se lit dès le premier mot :  « Le Poète ». La majuscule met en exergue l’importance du mot, ainsi que la noblesse qu’y confère Baudelaire. 
  • L’adjectif « semblable » nous indique que les trois premières strophes constituaient une métaphore filée, « au prince des nuées » confirme le caractère noble, royal de l’oiseau, mais surtout maintenant du poète qui comme ce dernier habite les cieux, les « nuées ».
  • Le vers 14 montre bien l’intrépidité, l’habileté, et le courage de l’albatros/poète dans les cieux quand il fait face à la tempête. Les simples hommes paraissent dès lors peu de chose par rapport à ce combattant de l’orage.
  • Seulement, si le poète partage la majesté de l’albatros dans les cieux, c’est à dire pour lui dans l’écriture, l’inspiration, dans l’univers de la sensibilité et de l’imagination, il devient lui aussi ridicule et inadapté sur le sol, au niveau des autres êtres humains.
  • Les deux derniers vers du texte sont de nouveau antithétiques par rapport aux deux précédents. Après avoir présenté la face conquérante et supérieure du poète, Baudelaire termine par sa situation désespérée dans le monde réel.
  • « Exilé sur le sol » renvoie à l’oiseau sur le pont, seul sans ses congénères, et de la même manière le poète, donc Baudelaire, ressent la solitude de sa position dans le monde des hommes. Il est exclu, car un géant parmi eux, car différent.
  • « les huées » sont les moqueries des hommes, les rires des hommes d’équipage. D’ailleurs, l’assonance en « é » fait entendre ses rires, ses « huées »: « nuées », « Exilé », « archer », « huées », « marcher ». 
  • Les derniers mots du poème reprennent encore l’image de l’albatros sur le pont avec ses grandes ailes blanches « Ses ailes de géant l’empêchent de marcher ». Le poète est fait de la même manière pour les cieux, pour voler au-dessus des hommes. Il apparaît comme une créature féérique, magique….mais incapable de « marcher », de faire comme le commun des mortels.
  • Cette dernière strophe pose le propos, le thème du poème, qui est le poète, Baudelaire lui-même. L’albatros tant décrit auparavant n’était qu’un avatar de l’auteur victime de la cruauté humaine, alors qu’il se sent comme supérieur et majestueux dans l’azur de l’esprit, des sensations et des émotions.

Conclusion:

Ce petit poème se présente comme la description d’un albatros, qui attrapé par des marins se retrouve malmené, en proie à la bassesse humaine et aux plaisirs vulgaires d’hommes du peuple. La multitude haineuse et jalouse maltraite la solitude superbe et fragile. Le poème se déploie par étapes bien compréhensibles: une situation initiale (les albatros suivent le navire), des péripéties fâcheuses, puis une chute en forme de morale. C’est à la fin que nous comprenons l’essence même de la réflexion, à savoir que les trois premières strophes constituent une métaphore filée de la situation du poète dans la société.(Reprise des conclusions des mouvements)

Ainsi, le poème, sans en avoir l’air, ressemble à un apologue. Le choix d’un animal, ici l’albatros, lui confère même un air de fable. La construction mise en exergue, les oppositions nombreuses, et la chute surprenante offrent une argumentation poétique avec une illustration persuasive dans les trois premières strophes et une morale convaincante dans la dernière. (Réponse à la problématique)

La difficulté d’être poète, la singularité du poète dans la société, sa marginalité est un thème baudelairien qui se retrouve par exemple dans « Le vieux saltimbanque » (Petits poèmes en prose, 1869). (Ouverture)

lescoursjulien.com

Pages Facebook: Les cours Julien, ou Bac de français 

Twitter:@lescoursjulien

Contact: lescoursjulien@yahoo.fr

Laisser un commentaire