Biographie simplifiée: Du Bellay

lescoursjulien.com

Biographie simplifiée: Du Bellay.

 

Du Bellay (1522-1560)

Époque: XVI ème siècle avant les guerres de religion.

Mouvement littéraire: humanisme.

Genres littéraires: Essai, surtout poésie.

Auteurs proches: de Pelletier du Mans, Ronsard, Dorat.

Œuvres principales: Défense et Illustration de la langue française (1549), L’Olive (1549), Les Antiquités de Rome (1558), Les Regrets (1558)

Jeunesse (1522-1549).

Né dans une famille d’hommes de guerre et de diplomates, il se retrouve orphelin à dix ans. Élevé par son frère, il embrasse des études de droit à Poitiers, non loin de sa Touraine natale. Il fréquente a Poitiers Ronsard et Peletier du Mans, qui le guident et l’inspirent dans sa fibre humaniste. Puis il se dirige vers Paris, où il retrouve ses amis, en suivant les cours de l’helléniste Dorat au collège de Coqueret.

Débuts littéraires(1549-1553).

Les années 1549-1550 sont déterminantes pour la carrière littéraire de Du Bellay. Il publie en 1549 Défense et Illustration de la langue française. Ce manifeste pour la langue française et son développement montre la pensée humaniste qui habitait Du Bellay. Il souhaite, à l’instar de ses amis de La Pléiade, que le Français s’affirme comme une langue à part entière et remplace le latin (ce qui se produit avec l’ordonnance de Villers-Cotterêts en août 1539 sous François Ier, qui impose le Français dans les actes administratifs). Comme ses comparses, il’s’inspire de l’Antiquité, notamment d’Ovide, sans imiter, mais en réinventant, en y puisant des références ( exemple: « Heureux qui comme Ulysse.. »).

Son regard se porte évidemment aussi sur l’Italie. Dans L’Olive(1549-1550), il reprend la forme du sonnet pétarquien, pour livrer le premier recueil de sonnets amoureux en langue française. Il loue ainsi sa Dame durant tout le recueil. Cependant, cette période est difficile au niveau de sa santé et de ses finances. Alors, quand son oncle (ou un cousin de son père), le cardinal Jean du Bellay, lui propose de l’accompagner à Rome comme secrétaire, il le suit en 1553.

Rome et la fin (1553-1560)

C’est donc le grand départ pour la Rome tant aimée. Seulement, la déception est au rendez-vous pour le poète. Le dégoût des mœurs romaines le plonge dans une profonde nostalgie de son Anjou natal. Pendant son séjour de quatre années dans la ville éternelle, il compose son recueil le plus célèbre Les Regrets, qui paraissent à son  retour en 1558. De retour en France, il exprime avec une tonalité libre et personnelle  sa répulsion de l’hypocrisie de la cour, dans laquelle il est mis sur le côté, dans Le Poète courtisan 1559). Déjà malade en Italie, il s’affaiblit, s’épuise et meurt subitement le 1 et Janvier 1560 à Paris.

lescoursjulien.com

Pages Facebook: Les cours Julien, ou Bac de français

Twitter:@lescoursjulien

Contact: lescoursjulien@yahoo.fr

Laisser un commentaire