Un mot, un poème: conquérant, « Les Conquérants », José Maria Heredia.

lescoursjulien.com

Un conquérant? Comment définir cet élan violent et passionné? Ce mot peut trouver sa définition dans le poème d’Heredia, ce maître du mouvement parnassien, qui dans un sonnet fait résonner la fibre épique de la conquête.

 

Les Conquérants.

Comme un vol de gerfauts hors du charnier natal,
Fatigués de porter leurs misères hautaines,
De Palos de Moguer, routiers et capitaines
Partaient, ivres d’un rêve héroïque et brutal.

Ils allaient conquérir le fabuleux métal
Que Cipango mûrit dans ses mines lointaines,
Et les vents alizés inclinaient leurs antennes
Aux bords mystérieux du monde Occidental.

Chaque soir, espérant des lendemains épiques,
L’azur phosphorescent de la mer des Tropiques
Enchantait leur sommeil d’un mirage doré ;

Ou penchés à l’avant des blanches caravelles,
Ils regardaient monter en un ciel ignoré
Du fond de l’Océan des étoiles nouvelles.

José-Maria de Heredia, Les Trophées, 1893.

 

La définition du conquérant que livre Heredia est empreinte à la fois de rêve insensé et aussi de cupidité, et de brutalité infinie. Pour Heredia, le conquérant ressemble au conquistador, à l’Espagnol (Cortès par exemple) qui cherche au-delà des mers la fortune, l’or.
La soif de conquête, la soif de butin, l’imaginaire, l’énergie incroyable et l’espoir illusoire se mélange avec la violence, le fracas des armes, la vulgarité des désirs, le massacre des autochtones.

La vision du conquérant paraît ambivalente dans ce poème. Cependant, l’heroïsme, la verve épique des vers mettent en lumière, malgré des réserves, l’aventure. Pour Heredia, le conquérant est un aventurier, violent, mais rêveur.

lescoursjulien.com

Pages Facebook: les cours Julien, ou bac de français.

Contact: lescoursjulien@yahoo.fr

Laisser un commentaire