Un mot, un poème: bohème, « Ma bohème », Rimbaud.

lescoursjulien.com

Un mot, un poème: bohème, « Ma bohème », Rimbaud.

La bohème au départ est évidemment le nom donné à une bande de vagabonds. Par extension, et surtout au XIX eme siècle avec l’éclosion des « poètes maudits » (comme Baudelaire, Rimbaud ou Verlaine), le mot bohème devient synonyme d’une vie déréglée, désordonnée, d’errance et de pauvreté. C’est ce que nous décrit Arthur Rimbaud dans son célèbre poème. Cette définition de la bohème littéraire ou artistique a été reprise par Charles Aznavour dans sa chanson « Ma bohème ».

 

Ma Bohème

Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées ;
Mon paletot aussi devenait idéal ;
J’allais sous le ciel, Muse ! et j’étais ton féal ;
Oh ! là ! là ! que d’amours splendides j’ai rêvées !

Mon unique culotte avait un large trou.
– Petit-Poucet rêveur, j’égrenais dans ma course
Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.
– Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou

Et je les écoutais, assis au bord des routes,
Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes
De rosée à mon front, comme un vin de vigueur ;

Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,
Comme des lyres, je tirais les élastiques
De mes souliers blessés, un pied près de mon coeur !

Arthur Rimbaud, Cahier de Douai (1870)

 

A travers ce sonnet Rimbaud nous propose une définition personnelle de la bohème. Il met en avant la pauvreté matérielle par l’usure de ses vêtements: « poches crevées », « large trou », « souliers blessés ». De plus, il paraît sans domicile, puisque toute l’action se situe dehors, au point même qu’il se retrouve sous la pluie.

Cependant, il ne se plaint pas de sa situation misérable. Au contraire, elle lui permet de sentir le monde, de ressentir la nature, de trouver l’inspiration: « J’allais sous le ciel, Muse! ». Le confort matériel semble dérisoire face à la liberté d’errer, source de poésie, de sensation, de sentiments : « que d’amours splendides j’ai rêvées! ».

La bohème de Rimbaud est donc une errance libre et détachée des nécessités matérielles et concrètes, qui permet l’évasion, et l’inspiration. Cette figure du poète pauvre, solitaire et errant va s’imposer pendant de longues décennies dans l’imaginaire collectif du poète français, et même peut-être forger un archétype universel du poète, homme financièrement misérable, mais sensible et riche de liberté.

lescoursjulien.com

Pages Facebook: les cours Julien, ou bac de français

Contact: lescoursjulien@yahoo.fr

 

Laisser un commentaire