Références mythologiques en littérature (9) : Charon.

lescoursjulien.com

Références mythologiques en littérature (9): Charon.

Dans la mythologie grecque et romaine, Charon était le fils de l’obscurité (Érèbe) et de la nuit (Nyx). Il était le nocher, le conducteur de la barque qui faisait traverser le Styx aux ombres des morts. Ce monde des Enfers chez les Anciens se situait en-dessous de la surface, et ne concernait pas seulement les âmes damnées, mais tous les morts. Le Styx était un des fleuves des Enfers (avec le Léthé, l’Achéron…).

Charon acceptait le passage contre une obole, un paiement, et juste pour les morts ayant une sépulture. C’est pourquoi les Grecs enterraient leurs morts avec une pièce de monnaie dans la bouche sous la langue. C’est pourquoi encore Antigone voulut au prix de sa vie que son frère ait une sépulture. Ainsi, Charon a une mauvaise réputation, celle d’être un vieillard acariâtre, avare et dur. Sans ce passage, les âmes étaient condamner à errer le long des rives du Styx…

A noter que quelques héros passèrent sans être morts: Héraclès avec sa force légendaire, Orphée en charmant Charon avec son chant, Psyché ou encore Énée. Les occurrences de Charon se retrouvent évidemment dans les récits antiques comme L’Énéide (Ier siècle av. J-C)de Virgile, mais aussi dans la Divine comédie (début XIV ème siècle)de Dante, ou dans le poème de Baudelaire « Don Juan aux enfers » (Les Fleurs du mal, 1857):

« Quand Don Juan descendit vers l’onde souterraine
Et lorsqu’il eut donné son obole à Charon, »

« Don Juan aux enfers », Les Fleurs du mal, Baudelaire, 1857.

lescoursjulien.com

Pages Facebook: Les cours Julien, ou Bac de français

Twitter:@lescoursjulien

Contact: lescoursjulien@yahoo.fr

Laisser un commentaire