Références mythologiques en littérature (2): les Atrides.

lescoursjulien.com

Références mythologiques en littérature (2): les Atrides.

Famille au destin tragique, marquée par le meurtre, la tromperie, l’adultère, les Atrides ont inspiré la littérature à travers les siècles.

Acte I: Pélops.

Le nom de cette famille mythologique provient d’Atrée. Il est le petit-fils de Tantale, maudit par les Dieux, coupable de leur avoir servi en banquet son propre fils Pélops, et condamné par la suite à un supplice éternel. Pélops, père d’Atrée et Thyeste, fut à son tour maudit après avoir tué Myrtilos, l’écuyer d’Oenomaos roi de Pise en Elide. En effet, il avait soudoyé ce dernier pour gagner une course de char contre Oenomaos et ainsi épouser sa fille Hippodamie. Pour éviter d’être démasqué, il assassina l’écuyer Myrtilos qui lança une malédiction sur Pélops et ses descendants. De cet épisode date la malédiction des Atrides.

Par la suite, Pélops devint roi de Pise en Élide, et fit de nombreux enfants à Hippodamie dont Atrée et Thyeste. Cependant, peut-être par jalousie de leur mère, Hippodamie, ils tuèrent leur demi-frère Chrysippe. À la suite de ce fratricide, Pélops dispersa ses enfants dans le sud de la Grèce, dans le Péloponnèse (donc dérivé de son nom).

Acte II: Atrée et Thyeste.

Atrée et Thyeste se réfugièrent à Mycènes. A la mort du roi de Mycènes, sans héritier, Atrée et Thyeste s’opposèrent pour le trône. Thyeste s’entendit notamment avec sa belle-sœur, Érope, la femme d’Atrée. Ayant eu connaissance de cette trahison, Atrée invita son frère à un banquet sous le prétexte de se réconcilier. En fait, il lui servit ,comme plats, ses enfants. Une nouvelle fois se reproduit l’anthropophagie, le cannibalisme familial dans l’histoire de cette famille.

Thyeste fuit et se réfugia à Sycione où il viola sa fille Pélopia (elle ne savait pas qui l’avait violée). De ce viol naquit un enfant, Egisthe. De plus, Pélopia se maria avec son oncle Atrée, roi de Mycènes. Egisthe fut élevé comme le fils d’Atrée, et accepta plus tard la mission de tuer Thyeste. Seulement, Thyeste avoua à Pélopia et à Égisthe qu’il était leur père, et…le violeur de Pélopia en même temps. Elle se suicida, mais Égisthe prit le parti de son père biologique et rentra à Mycène assassiner Atrée, puis plaça son père Thyeste sur le trône.

Acte III: Agamemnon et Ménélas.

Fils d’Atrée, cousins d’Egisthe, et neveux de Thyeste, Agamemnon et Ménélas furent épargnés, et exilés à Sparte. De là, ils levèrent une armée pour récupérer le trône de Mycènes, grâce à leurs mariages avec les filles du roi de Sparte, respectivement Clytemnestre et Hélène.

Ils reprennent Mycènes, exilent Thyeste, et pardonnent à Égisthe. Agamemnon devint roi de Mycènes, et par la suite, Ménélas, roi de Sparte. Suite à une ambassade troyenne, comprenant notamment Pâris, fils du roi Priam, la belle Hélène fut enlevée par ce dernier. Autant pour laver l’honneur de son frère, que pour sa gloire, Agamemnon déclencha la guerre avec Troie. Avide d’honneurs et de conquêtes, il sacrifia sa fille, Iphigénie, pour que les dieux fassent souffler le vent nécessaire au départ de la flotte de guerre vers Troie. Une fois encore un crime familial, ici l’infanticide!

Agamemnon avait confié, en son absence le gouvernement de Mycènes, à son cousin Égisthe. Clytemnestre, inconsolable du sacrifice de sa fille Iphigénie, devint l’amante d’Égisthe. Au retour d’Agamemnon après la victoire contre Troie, ils l’assassinèrent ensemble. Égisthe devint alors le roi de Mycènes.

Acte IV: Oreste.

Agamemnon avait laissé deux enfants: Électre, une fille, et Oreste, un garçon. Parvenus à l’âge adulte, ils retournèrent à Mycènes. Aidé par sa sœur, Oreste tua sa mère, Clytemnestre, et Égisthe. Ce matricide (il en fallait bien un dans la longue lignée des crimes familiaux !) provoqua la colère des dieux. Les déesses vengeresses, les Érynies poursuivirent Oreste et le rendirent fou. Cependant, il fut à la fois acquitté par les hommes, par le tribunal de l’Aréopage à Athènes, et sauvé par Apollon en étant purifié à Delphes. Il revint prendre le royaume de Mycènes, épousa Hermione, et termina sa fin paisiblement. La malédiction prenait fin!

 

Les Atrides furent une source d’inspiration florissante pour les dramaturges et poètes. Ils constituent un sujet important des œuvres d’Homère L’Iliade et l’Odyssée. Eschyle s’en empare aussi avec sa pièce L’Orestie, tout comme Sophocle avec Électre. Euripide y puise encore son inspiration pour plusieurs tragédies Électre, Oreste, Iphigénie à Aulis, Iphigénie en Tauride. Plus proche de nous, Racine se penche encore sur cette famille notamment avec Iphigénie. Enfin, le destin tragique de cette famille inspire Herbert pour le nom de la famille principale de son roman de science-fiction Dune: les Atréides.

lescoursjulien.com

Pages Facebook: Les cours Julien, ou Bac de français.

Twitter:@lescoursjulien

Contact: lescoursjulien@yahoo.fr

 

 

Laisser un commentaire