Poésie d’argent.

lescoursjulien.com

Poésie d’argent.

L’argent s’en va, l’argent revient

L’argent retourne toujours vers les siens.

Des milliards trouvés et distribués

A quand les augmentations des pauvres salariés ?

L’argent est veule, il ne décide pas

Les hommes le font, donnent le la.

Les amis repartent heureux

Du banquet des billets soigneux.

Ils aident les propriétaires des médicaments

Les actionnaires fortunés, non les soignants.

Ils rassurent les fabricants de caisses automatiques,

Et oublient les caissières asymptomatiques.

Il y a plus de place dans un yacht cannois

Que dans un f3 montreuillois.

L’argent est un robot qui dit intérêts

L’humain est un idiot qui dit gentillet.

Merci aux tsunamis de réalités sanguines

De nous rappeler la morsure de l’épine.

Un pour moi, tous pour ma thune

Personne pour eux, à moi La Tribune.

Si les pauvres se plaignent, ce n’est pas de leur couleur de peau,

Ni des gouvernements qui se ressemblent, ni des policiers qui ne gagnent rien

Ils se plaignent de leur condition: recevoir des miettes en les donnant aux ogres.

lescoursjulien.com

Pages Facebook: Les cours Julien, ou Bac de français.

Contact: lescoursjulien@yahoo.fr

 

 

Laisser un commentaire