Plaisir de lire: La Tzigane,Apollinaire, Alcools, 1913.

lescoursjulien.com

Plaisir de lire: la Tzigane, Apollinaire, Alcools, 1913.

 

Un poème d’Apollinaire, précurseur du surréalisme par son absence de ponctuation, ses rimes souvent non suivies, ses calligrammes mêlant dessin et écriture. Surtout une musicalité certaine, poursuivant peut-être l’âme de Verlaine, la prison comme lui, mais surtout son propre chemin, celui d’un poète emprunt de liberté. Concernant la modernité, qui me parait toujours étrange en poésie (l’art du ressenti) je la laisse aux commentateurs frustrés. Un poète est intemporel, ni ancien (Corneille est immortel), ni moderne (Baudelaire ne l’est pas moins); les belles âmes ne sont ni modernes, ni anciennes.
Un poème peu connu, et pour tant superbe: la tzigane.

 

La Tzigane

La tzigane savait d’avance
Nos deux vies barrées par les nuits
Nous lui dîmes adieu et puis
De ce puits sortit l’Espérance

L’amour lourd comme un ours privé
Dansa debout quand nous voulûmes
Et l’oiseau bleu perdit ses plumes
Et les mendiants leurs Ave

On sait très bien que l’on se damne
Mais l’espoir d’aimer en chemin
Nous fait penser main dans la main
À ce qu’a prédit la tzigane

Guillaume Apollinaire, Alcools, 1913

 

Je ne reviendrai pas sur les effets de style de ce poème, intéressants à analyser, car l’élan vital m’apparait beaucoup plus fondamental. Tel que je le ressens, Apollinaire fait triompher l’amour sur la fatalité. La force de la passion des deux aimants transcende le destin tragique annoncé pat la gitane.

La propos s’exprime simplement, les termes sont facilement compréhensibles et pourtant résonnent dans nos cœurs et nos esprits. L’amour est un espoir qui peut combattre les ailes noires. Voilà pourquoi j’apprécie particulièrement ce poème. Contrairement à beaucoup d’autres de lui, il marque la victoire de l’amour sur le désespoir.

lescoursjulien.com

Pages Facebook:les cours Julien, ou bac de français.

Contact: lescoursjulien@yahoo.fr

 

Laisser un commentaire