Mouvements/courants littéraires: la Pléiade.

lescoursjulien.com

Mouvement/courant littéraire: La Pléiade.

La Pléiade n’est pas à proprement parlé un mouvement littéraire. C’est un groupement de poètes qui aspirent à donner ses lettres de noblesse à la langue française. Le nom provient de la constellation du Taureau, qui compte six étoiles, mais les Anciens en comptaient sept. Il fait encore référence à la pléiade d’Alexandrie, sept poètes illustres de l’Antiquité au III ème siècle avant J-C sous le règne de Ptolémée II dit Philadelphe, dont Lycophron de Chalcis, Alexandre l’Étolien ou Homère de Byzance. L’humanisme de la Pléiade, par la référence antique, se remarque déjà.

Au début des années 1550, des écrivains et poètes français se réunissent dans un collectif nommé « la Brigade », puis Ronsard impose le terme « Pléiade », à priori en 1553, ou 1556. Ils sont sept à être restés dans la légende de ce fameux groupe: Baïf, Belleau, Du Bellay, Jodelle, Peletier du Mans, Pontus de Tyard, et Ronsard. Ils s’inspirent beaucoup de la volonté de Boccace, Dante ou Pétarque de fixer une langue nationale (en l’occurence l’Italien au XIV ème siècle), de s’inspirer des Anciens sans les imiter, mais en les réinventant. Cette recherche d’originalité, de travailler à la mise en place d’une langue française savante et littéraire se détache notamment dans l’oeuvre de Du Bellay en 1549 Défense et Illustration de la langue francaise. L’influence italienne est décisive, surtout celle de Pétarque, inventeur du sonnet.

Ils enrichissent le vocabulaire français à partir du grec et du latin. Ils reviennent vers les formes poétiques antiques, comme l’ode ou l’épopée, en dédaignant les formes fixes médiévales de la ballade ou du rondeau. Il faut créer une langue et une littérature prestigieuse en puisant dans l’humanisme antique, ou dans la renaissance italienne.

Les procédés littéraires, les figures de rhétorique telles que les comparaisons, les métaphores ou les allégories se multiplient. L’élégance du XVI ème siècle précède la préciosité vaine du XVII ème. Les jeux de mots, de rimes et de rythmes d’un Marot sont remplacés par une recherche de musicalité, d’harmonie, de sensations, d’images. La Pléiade se développe à la cour par l’intermédiaire surtout du brillant Ronsard, après François Ier, sous Henri II, Charles IX et Henri III (de 1547 à 1589).

L’alternance entre rimes masculines et féminines ou la prépondérance de l’alexandrin sur le décasyllabe datent de cette époque. C’est encore sous la Pléiade que se construit la figure du poète français, qui n’a plus une vocation de jongleurs de mots, mais plutôt d’observateur et de dessinateur des sentiments, des émotions, de l’Histoire pour l’éternité. La Pléiade pose le poète comme un être rare et supérieur; état qui irrigue pour plusieurs siècles la littérature française.

La Pléiade se présente donc comme une école de littérature défendant la primauté du Français sur le Latin, de l’Antiquité et de la Renaissance italienne sur le Moyen-Âge, du poète sur le commun des mortels.

lescoursjulien.com

Pages Facebook: Les cours Julien, ou @Bacdefrancaisensemble.

Twitter: @lescoursjulien

Contact: lescoursjulien@yahoo.fr

 

Laisser un commentaire