Mouvement littéraire (plutôt mode du Grand Siècle): la préciosité. (Abonnez-vous sur Twitter: @lescoursjulien, ou sur le site lescoursjulien.com:-)

lescoursjulien.com

Mouvement littéraire (ou plutôt mode du Grand Siècle): la préciosité.

La préciosité dans son acception la plus restreinte est définie comme une affectation dans les manières et le langage, c’est à dire une posture, attitude artificielle dans la manière de se tenir, de se présenter et de s’exprimer. Le terme renvoie à une fausseté à la cour au XVII ème siècle sous Louis XIV, lieu de toutes les apparences, et de tous les artifices.

La préciosité caractérise le début du règne de Louis XIV (1661-1715). C’est un idéal de comportement, qui se rapproche de celui du gentilhomme, noble ayant une attitude courtoise et charmante avec les femmes (ainsi évidemment qu’un nom prestigieux). Cette galanterie se remarque par le raffinement des manières et du langage.

Ainsi, la préciosité se concentre sur des réflexions et des jeux portant sur l’amour. Son héritage provient à la fois de l’amour courtois du Moyen-Âge, dans lequel un chevalier se consacre à une quête faite d’exploits pour séduire sa Dame, et des pastorales du XVI ème siècle, contant l’amour sentimental de jeunes bergers et bergères. L’idéal amoureux est platonique, sans relations sensuelles, composé d’affection d’esprit et de cœur.

Le grand caractère précieux appartient au langage. La noblesse d’esprit, le mot juste, l’art de briller par la parole constituaient des marques de distinction. La recherche de la belle formule, de la maxime, de la répartie irrigue la mode de la préciosité. Corneille et ses tragédies, comme celle de son frère Thomas, sont admirées pour l’héroïsme démesuré des personnages, ainsi que la qualité des vers déclamés. Sans avoir donné un véritable mouvement littéraire, des œuvres majeures, la préciosité a influencé les milieux du XVII ème siècle.

Cette mode portait d’ailleurs des valeurs féministes, qui insistaient sur le fait de traiter les femmes avec un grand respect, de ne pas les voir simplement comme des objets passifs des désirs masculins. La préciosité se développa dans les salons, les réunions, réceptions organisés par Mademoiselle de Scudéry dans le quartier du Marais à Paris (au centre de Paris). Madame de La Fayette, Madame de Sévigné ou La Rochefoucauld animaient son salon. Elle se fit connaître par des écrits, et notamment par la partie de son roman Clélie: La Carte de Tendre (1654-1660), dont un jeu galant et amoureux est issu.

Les Précieuses ont été moquées et caricaturées. Fausses prudes, coquettes, légères, évanescentes, surtout superficielles, elles gardent la réputation d’être attachées à des apparences niaises et trompeuses. Molière se moqua de cette mode dans Les précieuses ridicules (1659). Cependant, ce sont les excès qui aujourd’hui restent, et non l’attachement à la tendresse, la sophistication et l’affirmation de la femme dans les relations de couple.

lescoursjulien.com

Pages Facebook: Les cours Julien, ou Bac de français

Twitter:@lescoursjulien

Contact:lescoursjulien@yahoo.fr

Laisser un commentaire