Figures de style/procédés littéraires: césure à l’hémistiche.

lescoursjulien.com

Figures de style/procédés littéraires: césure à l’hémistiche.

Césure à l’hémistiche: une césure est une coupure, une pause à l’intérieur d’un vers. De manière classique pour les décasyllabes (10 syllabes), et surtout les alexandrins (12 syllabes), la césure se fait à l’hémistiche, à la moitié du vers (après la cinquième ou la sixième syllabe donc).

Le rythme créé par la césure est alors binaire. Cette césure à l’hémistiche classique n’est pas toujours respectée, ni possible. Le poète peut décider de donner un autre rythme à son vers, et parfois la liaison entre des mots au milieu du vers rend impossible la césure à l’hémistiche.

« La Treizième revient… C’est encor la première; »

« Artémis », Nerval.

La césure est visible et accentuée par les « … ». Le vers est ainsi coupé en deux avec les six premières syllabes « La/ Trei/ziè/me re/vient… » et les six suivantes « C’est/ en/cor /la/ pre/mière. » (le dernier « e » est muet et ne compte pas…)

lescoursjulien.com

Pages Facebook: Les cours Julien, ou Bac de français

Twitter:@lescoursjulien

Contact: lescoursjulien@yahoo.fr

Laisser un commentaire