Conte de Noël (3): les petits chats et la boucle d’oreille enchantée.

lescoursjulien.com

Conte de Noël (3): les petits chats et la boucle d’oreille enchantée.

Le lendemain, rien. Ils avaient espéré que J. revienne un bouquet de fleurs à la main, ou L. vole vers lui pour entendre de nouveau sa voix. Mais, rien. Les deux amoureux incompris restaient éloignés, devenaient chaque jour de plus en plus des étrangers. Quelle déception pour nos deux petits chats, Fierbidon et Jolibidon! 

Il fallait persévérer se dirent-ils dans leur langue miaouesque. Parer au plus pressé avant Noël. L. était sur le point de changer d’appartement, quand J. faisait déjà ses cartons. Nouveau défi : retarder le plus possible l’emménagement de L. Comment s’y prendre? Il allait falloir quelques coups de papattes magiques. 

L. jonglait entre son télétravail et la finalisation de son nouveau bail ce jour-là. Tout d’un coup, elle entendit venir de la chambre un râle de souffrance. C’était Fierbidon sur le lit. Elle se précipita. Il avait l’air d’être au plus mal. Elle prit peur, et décida en urgence de l’emmener chez le vétérinaire. Dans sa précipitation, elle oublia de fermer son ordinateur… Les deux chats malins avaient bien compté sur ce coup de pouce…

Fierbidon et sa maîtresse partis, Jolibidon se plaça au bureau et regarda les mails. Il saisit celui concernant le nouvel appartement, et sa plus belle griffe, rédigea une réponse qui disait que finalement la signature était annulée. Il effaça le mail après l’avoir envoyé. Ensuite, il bloqua l’ordinateur. Un Miaou de soulagement plus tard, Fierbidon et L. étaient rentrés.

D’un clin d’oeil félin, Joli avertit Fier que l’opération avait été rondement menée. Fier émit un petit cri montrant qu’il avait compris. Ah oui, pas d’inquiétude! Fier avait simulé. Il n’était pas malade du tout. Il fallait juste une astuce pour laisser le temps à Joli d’annuler le départ imminent de L., et pour cela de la faire sortir un certain temps pour qu’elle ne se rende compte de rien. 

Seulement, la joie de nos deux petits stratèges fut de courte durée. Ils n’avaient pas pensé au téléphone. L. vit la réponse au mail de Joli. Incompréhension d’abord, puis énervement ensuite. Elle ne pouvait penser à un coup des petits chats. Elle se disait donc que c’était J. qui lui mettait des bâtons dans les roues. 

Pour Fier et Joli, ce succès de courte durée, avait fait gagner un peu de temps, mais restait le plus dur: que L. et J. se rapprochent et s’embrassent sous le gui.

lescoursjulien.com

Pages Facebook: Les cours Julien, ou Bac de français

Twitter:@lescoursjulien

Contact: lescoursjulien@yahoo.fr

Laisser un commentaire