Biographie simplifiée : Madame de La Fayette.

lescoursjulien.com

Biographie simplifiée : Madame de La Fayette.(1634-1693)

Jeunesse de Madame de La Fayette.

Née Marie-Madeleine Pioche de la Vergne à Paris, dans une famille de petite noblesse, elle perd son père en 1649. Sa mère se remarie avec Renaud de Sévigné, oncle par alliance de la célèbre Marquise de Sévigné.

A partir de ce moment, la future Madame de La Fayette rentre dans le grand monde. Elle devient demoiselle d’honneur d’Anne d’Autriche (reine de France entre 1615-1643, et régente jusqu’à 1651). Durant cette période, elle fait la connaissance de Ménage (1613-1692, grammairien et historien) qui la cultive. En 1655, elle se marie avec le comte François de La Fayette, qui est plus âgé qu’elle. Elle va à partir de ce moment devenir un personnage de la cour.

Carrière littéraire.

A partir de 1659, elle tient un salon à Paris rue de Vaugirard, où de nombreux intellectuels et écrivains viennent. Elle est déjà amie de Madame de Sévigné et de La Rochefoucauld. Et au milieu de cette animation littéraire, elle se met à écrire aussi. Maîtresse de la nouvelle et du roman historique, elle connaît un premier succès avec La Princesse de Montpensier (1662), dont l’intrigue amoureuse se situe dans le cadre historique des années 1560. Cependant, elle ne signe pas ses écrits qui restent anonymes, considérant que l’activité d’auteur pourrait nuire à la réputation de son rang. C’est pourquoi encore Zaïde (premier volume 1669, deuxième 1671) est attribué à Segrais (hommes de lettres et académicien du XVII ème siècle), comme pour La Princesse de Clèves par la suite.

Avec La Princesse de Clèves en 1678, Madame de La Fayette connaît le succès. Ce roman, court pour l’époque, est considéré comme le premier roman psychologique en langue française. Elle développe son pessimisme sur l’amour, « cette chose incommode », et son sens du devoir. À l’évidence, une partie du destin de son héroïne rappelle le sien. C’est aussi un témoignage historique sur la cour, celle de la fin du XVI ème siècle (époque du récit), mais surtout celle à laquelle elle a participé, celle de Louis XIV.

Fin de vie.

Déjà, à partir de 1670 et de la mort d’Henriette d’Angleterre dont elle était très proche, elle se montre moins à la cour. Puis avec la disparition de La Rochefoucauld en 1680 et de son mari le comte de La Fayette en 1683, elle se fait beaucoup moins mondaine, elle reçoit moins.

Elle poursuit néanmoins son activité littéraire avec La comtesse de Tende, ou des œuvres plus historiques comme Histoire d’Henriette d’Angleterre, et Mémoires de la Cour de France. Ces trois ouvrages paraissent de manière posthume, plusieurs années après sa mort. Elle tient à priori un rôle diplomatique important entre la France et la Savoie.

Son œuvre entre classicisme et préciosité, avec des emprunts au roman courtois, lui assure la postérité par la finesse de ses analyses psychologiques et la description détaillée de la société aristocratique.

lescoursjulien.com

Pages Facebook: Les cours Julien, ou Bac de français

Twitter:@lescoursjulien

Contact: lescoursjulien@yahoo.fr

Laisser un commentaire