JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.

Candide, chapitre 1, incipit, commentaire

Candide de Voltaire, chapitre I.

Plan de commentaire et considérations générales sur l’incipit et l’oeuvre:

Comme ce texte est le début de l’oeuvre, l’incipit (la présentation) du conte (court récit merveilleux à visée didactique, avec une morale), il faut rechercher dès la première lecture les marques, les éléments spécifiques d’un incipit: repères spatio-temporels, présentation des personnages principaux, commencement d’une action, tonalité et forme de l’écriture, genre littéraire.

Montrer que ce passage est l’incipit, le début de l’oeuvre permet de caractèriser le texte, sa fonction. Les informations importantes du texte, car premières dans l’oeuvre, doivent être mises en avant et étudiées afin de déterminer la portée de l’incipit (traditionnel, original, faisant naître le suspens, informatif…) et la volonté de l’auteur (immerger rapidement le lecteur dans l’histoire, in meadia res dans l’action de suite, susciter la curiosité pour lire la suite…).

Ensuite,une lecture analytique globale (tout le texte) et détaillée (phrase par phrase) aide à comprendre les enjeux du texte, et les thèmes abordés. La littérature des Lumières possède presque toujours un propos philosophique, des idées propres à ses principes de tolérance, de raison, de connaissance, de bonheur…..La succession d’aventures de Candide permet à Voltaire de porter des attaques, de régler des comptes, de s’expliquer de questionner. Il s’agit de dégager les questions, les dénonciations et les thèses de l’auteur.

Dans Candide existe un jeu entre les apparences et la réalité. Souvent, Voltaire fait preuve d’ironie, et combat certaines idées par la dérision en les couvrant de ridicule derrière des louanges.Les aventures de Candide, invraisemblables et s’enchaînant à un rythme très soutenu, ne constituent elles-mêmes que des prétextes pour illustrer les idées de Voltaire et défendre les Lumières du XVIIIème siècle.

Candide n’est pas seulement un conte. Cet écrit est intégré dans son époque, et doit être lu et compris à travers l’atmosphère du siècle des Lumières: importance de la religion, condition des femmes, rigidité des statuts sociaux, découverte du globe, guerres continuelles. Voltaire rappelle d’ailleurs son récit de nombreuses fois au contexte historique de l’époque: guerre de sept ans, tremblement de terre de Lisbonne, Jésuites en Amérique du Sud…Dans Candide, la fiction côtoie la réalité.

Exemple d’un plan de commentaire avec introduction et conclusion.

(ceci est évidemment un exemple, et non un modèle. Votre réflexion personnelle peut mener à d’autres pistes de lecture.)

Candide, Chapitre I

Introduction:

Candide paraît en 1759. Cet ouvrage fait partie de la lignée des contes philosophiques que Voltaire écrit comme Micromégas ou Zadig. A travers des histoires irréelles, l’auteur nous livre une vision sur son monde et son époque. La forme de l’apologue imaginaire lui permet d’éviter une censure pointilleuse et lui permet de plaire au lecteur avant de l’instruire par ses réflexions. (contexte littéraire et auteur)

Candide conte l’histoire du héros éponyme (qui s’appelle Candide aussi, comme le titre de l’oeuvre) qui traverse de multiples épreuves sur plusieurs continents avant de retrouver son amoureuse (Cunégonde), et la tranquillité. Entre-temps, il s’est fait une idée plus précise du monde et des hommes, en découvrant des civilisations différentes, et des comportements parfois trop semblables (comme la méchanceté, la malhonnêteté, le fanatisme, l’égoïsme, la cupidité…). Candide est aussi un roman d’apprentissage qui nous montre un innocent qui découvre les bassesses humaines. (résumé de l’oeuvre en cas d’étude de l’oeuvre intégrale en classe)

Ce premier chapitre nous relate d’ailleurs les circonstances qui mènent Candide à voyager. Il nous renseigne sur la vie de Candide avant son odyssée. Ce passage descriptif, avec peu de dialogues (surtout comparé au reste du conte), dépeint l’univers dans lequel vit le héros. Il enclenche aussi l’action en terminant par l’exlusion de Candide de son milieu familier. Enfin, le propos ironique de l’auteur se devine aisément et déclenche la réflexion chez le lecteur. (présentation générale de l’extrait)

Quelles sont les intentions de Voltaire dans cette ouverture de Candide? (problématique)

Le début du conte répond à deux exigences. Tout d’abord, il s’agit d’immerger le lecteur de manière traditionnelle dans le récit et dans la forme de l’oeuvre. Seulement, il s’agit aussi pour Voltaire de commencer l’exposé de ses idées. (annonce du plan)

(introduction avec quatre parties: accroche avec rappel du contexte littéraire et présentation ici de l’oeuvre, présentation du passage, problématique, annonce de plan).

I- L’incipit d’un conte.

(petite phrase d’introduction, de rappel du thème de la partie lors de la rédaction)

a) Les éléments de l’incipit.

  • repères spatio-temporels: Vestphalie, baronnie, époque contemporaine de Voltaire
  • présentation des personnages principaux: Candide (le héros éponyme), Cunégonde et Pangloss.
  • Le début de l’action avec l’élément perturbateur: « chassa Candide du château.. », « et tout fut consterné… »

b) Le merveilleux du conte.

  • Un début typique des contes avec la formule: « Il y avait en Vestphalie… »
  • Des éléments traditionnels du conte: le château, la jeune fille noble (équivalent de la princesse avec Cunégonde),
  • un univers heureux: utilisation de superlatifs: « ce meilleur des mondes possibles », « le plus beau des château »…
    1. Le registre comique.
  • comique de mots: « thunder-ten-tronckh », « pangloss » (toute la connaissance en grec), « métaphysico-théologo-cosmolo-nigologie ».
  • Des remarques absurdes: « son château avait une porte et des fenêtres », « les nez ont été faits pour porter des lunettes »
  • registre de langue familier: « grands coups de pied dans le derrière », et euphémisme avec « une leçon de physique expérimentale » (relation sexuelle).

De manière générale, cet incipit adopte une forte tonalité ironique, qui se retrouve dans tout le récit par la suite, et sert pour Voltaire à dénoncer les injustices de son temps.(phrase de conclusion/transition)

II- Les thèmes de la pensée voltairienne.

(petite phrase d’introduction de la partie, de rappel du thème)

a) La critique de la noblesse.

  • hyperbole dénonçant la qualité du titre de noblesse: « soixante et onze quartiers »
  • description métaphorique de la baronne et de sa fille: « trois cent cinquante livres », « fraîche, grasse, appétissante »: métaphore culinaire. Montre une noblesse qui mange à sa faim, qui s’engraisse pendant que les paysans meurent de faim.
  • Paragraphe décrivant le baron montre le mode de vie nobiliaire de l’époque: « château », « meute », « palefreniers », « piqueurs »..appellation « Monseigneur ».

b) La critique de l’optimisme de Leibnitz.

  • Pangloss représente le philosophe allemand Leibnitz, dont Voltaire résume la pensée en la caricaturant dans le 4ème paragraphe : « Il prouvait admirablement qu’il n’y a point d’effet sans cause… »
  • seul personnage à prendre la parole dans l’incipit, long passage au discours direct: « Il est démontré, disait-il…. »
  • utilisation d’une fausse logique, afin d’en tirer des conclusions absurdes: « et les cochons… ». Connecteur logique: « Par conséquent… » qui sert à donner au discours une forme de raisonnement logique, mais qui ne relie pas d’éléments entre eux.
    1. Un texte structuré et argumentatif.
  • huit paragraphes portant chacun sur un sujet: Candide, le baron, sa famille, Pangloss, sa philosophie, sa philosophie en action, le baiser entre Candide et Cunégonde.
  • Une argumentation par l’ironie sur la noblesse et la philosophie de l’optimisme, ainsi que sur l’expérience: Candide croit vivre dans un endroit utopique car il ne connaît que la baronnie, réflexion sur l’illusion et les préjugés.
  • Une progression menant à sortir de la baronnie et à découvrir le monde.

(phrase de conclusion de la partie lors de la rédaction)

Conclusion:

Cet incipit est à la fois traditionnel par sa fonction informative, particulier sur le conte en posant un univers naïf (candide) et comique, philosophique par sa portée argumentative. Il introduit les grands thèmes du récit: la critique de l’optimisme, le voyage et la découverte du monde, la recherche du bonheur et d’une utopie.

(reprise des conclusions partielles et reprise de l’annonce du plan de l’introduction)

Voltaire souhaite donc grâce à ce début emmener avec lui le lecteur dans le voyage à venir de son héros. Il l’avertit que son texte possède une double portée comique et philosophique. (réponse à la problématique)

Enfin, l’utilisation de l’ironie, le jeu entre illusion et réalité est aussi utilisé dans le reste de l’oeuvre pour dénoncer l’esclavage, l’intolérance, les pouvoirs religieux et tyranniques. (ouverture sur la suite de l’oeuvre)

Si vous avez apprécié cette page, n’hésitez pas, s’il vous plaît, à cliquer sur une bannière publicitaire. Merci-:)

Une pensée sur “Candide, chapitre 1, incipit, commentaire

  • octobre 14, 2015 à 7:52
    Permalink

    je vous remercie infiniment pour ces informations, une étude très bien faite et bien détaillée .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *