Procédés littéraires : les types/procédés comiques.

lescoursjulien.com

Procédés littéraires: types/procédés comiques.

Traditionnellement on distingue cinq à six types de comique. Ils se retrouvent évidemment beaucoup dans les pièces comiques, dans les comédies au théâtre.

Le comique de mot joue sur les mots comme son nom l’indique avec des jeux de mots, des calembours, des variations sur le registre de langue, voire parfois même des inventions ou des mots qui ne veulent rien dire.

Exemple: « M. MARTIN
Mouche le chasse-mouche, mouche le chasse-mouche »

La Cantatrice Chauve, Ionesco, 1950.

Le comique de geste correspond aux mouvements faits sur la scène, ou à des expressions du visage créées pour faire rire (grimaces…). À l’écrit, le comique de geste se remarque surtout dans les didascalies.

Exemple: « Argan en colère, court après elle autour de sa chaise, son bâton à la main. »

Le Malade imaginaire, Molière , 1673.

Le comique de situation provient d’un décalage dans la situation des personnages, d’une situation absurde, d’un quiproquo.

Exemple: La première partie de la scène 5 de l’Acte I durant laquelle Angélique pense que son père Argan souhaite la marier à son amoureux Cléante , alors qu’en réalité il veut la marier à Diafoirus. Quiproquo entre les deux personnages, comique de situation.

Le malade imaginaire, Molière, 1673.

Le comique de caractère s’articule autour d’un personnage, généralement caricaturé, dont un trait de personnalité est grossi.

Exemple: Matamore, personnage haut en couleur de L’Illusion comique de Corneille 1635. Il se présente comme brave et fort, alors qu’il ne l’est pas.

Le comique de mœurs peut ressembler au comique de caractère, mais il est plus satirique, c’est à dire qu’il se moque de la société, d’un groupe social.

Exemple: Les précieuses ridicules (1659) œuvre dans laquelle Molière se moque de la préciosité, de cette mise en avant de l’apparence dans le discours au lieu du fond, des arguments.

Le comique de répétition peut jouer sur les mots ou les gestes bien souvent, il emploie, comme l’indique le terme, la répétition, donc facile à remarquer.

Exemple: «  ARGAN.— Et puis après?
LOUISON.— Et puis après, il se mettait à genoux devant elle.
ARGAN.— Et puis après?
LOUISON.— Et puis après, il lui baisait les mains.
ARGAN.— Et puis après?
LOUISON.— Et puis après, ma belle-maman est venue à la porte, et il s’est enfui »

Acte II, scène VIII, Le Malade imaginaire, Molière, 1673.

lescoursjulien.com

Pages Facebook: Les cours Julien, ou Bac de français

Twitter:@lescoursjulien

Contact: lescoursjulien@yahoo.fr

Laisser un commentaire