Procédé littéraire : vers holorimes.

lescoursjulien.com

Procédé littéraire: vers holorimes.

Les vers holorimes (ou olorimes) sont des vers qui riment entièrement, qui sont totalement homophones. Dans le cas des holorimes, toutes les sonorités des deux vers sont semblables. Le grand spécialiste en langue française des holorimes est Alphonse Allais (1854-1905). D’ailleurs le premier poème connu en vers holorimes lui est adressé par son ami Jean Goudezki:

« Invitation » (1892)

Je t’attends samedi, car Alphonse Allais, car
À l’ombre, à Vaux, l’on gèle. Arrive. Oh ! la campagne !
Allons — bravo ! — longer la rive au lac, en pagne ;
Jette à temps, ça me dit, carafons à l’écart.

Laisse aussi sombrer tes déboires, et dépêche !
L’attrait (puis, sens !) : une omelette au lard nous rit,
Lait, saucisse, ombre, thé des poires et des pêches,
Là, très puissant, un homme l’est tôt. L’art nourrit.

Et, le verre à la main, — t’es-tu décidé ? Roule
Elle verra, là mainte étude s’y déroule,
Ta muse étudiera les bêtes ou les gens !

Comme aux dieux devisant, Hébé (c’est ma compagne)…
Commode, yeux de vice hantés, baissés, m’accompagne…
Amusé tu diras : « L’Hébé te soûle, hé ! Jean ! »

Les vers 1 et 4, et 2 et 3 sont holorimes, comme les vers 5 et 7, et 6 et 8, et ensuite 9 et 10, et 11 et 14, et enfin 12 et 13. Amusez vous à regarder et surtout à les dire a l’oral:-)

lescoursjulien.com

Pages Facebook: Les cours Julien, ou Bac de français.

Contact: lescoursjulien@yahoo.fr

Laisser un commentaire