Poésie dubitative: ne plus reconnaître son pays.

lescoursjulien.com

Poésie dubitative.

On m’avait dit noirs, arabes, et blancs

Qu’ils s’embrasseraient en se mélangeant.

On m’avait appris que la belle France

Rappellerait toujours notre enfance.

On m’avait promis que l’éducation

Serait la meilleure solution.

On m’avait certifié la République

Sans Tchétchènes, sans voile islamique.

On m’avait enseigné Montesquieu,

La liberté contre les factieux.

On m’avait présenté une nation

Contre la communautarisation.

Où sont les hussards de notre idéal ?

Pour qui le mérite était l’aval.

Entendez cette parole ancienne

Qu’à chaque homme, son histoire est sienne.

Dans ce pays, dans celui où l’on vit

Le racisme paraît une hérésie.

Mais la colère divise l’hexagone

Pour n’importe quelle couleur, elle sonne.

Au milieu : soignants, enseignants, innocents…

Au milieu: policiers, silencieux et manifestants.

Tapons sur les forces de l’ordre,…

…Et érigeons en modèle les hors-la-loi.

Construisons un monde où les réseaux sociaux feront force de loi

….et où les plus pauvres seront encore plus bas.

lescoursjulien.com

Pages Facebook: Les cours Julien, ou Bac de français.

Contact: lescoursjulien@yahoo.fr

 

Laisser un commentaire