JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.

Liste des mouvements littéraires.

Contact:lescoursjulien@yahoo.fr

 

Liste des mouvements littéraires.

 

(Cette liste a été avant tout construite dans un souci pratique. Elle n’est pas exhaustive, et appellera certainement des ajouts. Cependant, elle comprend les principaux mouvements littéraires et leurs caractéristiques. Pour plus de précisions, je vous invite à vous reporter aux pages spécifiques de chaque mouvement littéraire sur le blog).

 

 

L’humanisme:période de la renaissance, mi XVème-mi XVIème.

Origine:Italie de la renaissance.

Développement : toute l’Europe

Elements : le savoir et la raison. Retour vers les textes antiques. Ouverture vers le monde avec les grandes découvertes, et tolérance vis-à-vis des nouvelles civilisations des Amériques. Nouvelle interprétations des textes sacrés, de la bible. Nouvelle vision d’un bonheur terrestre possible et individuel.

Forme littéraire : principalement l’essai.

Domaine : littérature, philosophie, religion, sciences.

Epoque : renaissance. Redécouverte de l’antiquité. Temps propice à l’épanouissement intellectuel avec le développement des cours près des rois, et la progression des relations européennes.

Auteurs : Rabelais, Montaigne, Erasme, More, Machiavel.

Œuvres : Gargantua (1534, Rabelais), Les Essais (1572-1592, Montaigne), Eloge de la folie (1511, Erasme), Utopie (1516, More), le Prince (1532, Machiavel).

 

Le baroque : entre XVIème-XVIIème siècle.

Origine : barocco, Portugal, vient principalement d’Italie.

Développement : péninsule ibérique, et Italie surtout.

Éléments : illusion, expression de la mort, de Dieu, des vanités ( une vie finie, une mort omniprésente, vision de la fragilité de la vie humaine, carpe diem), représentation exagérée du chaos, mélange des genres.

Domaine : touche tous les arts.

Époque : temps des guerres de religion, avec l’anarchie en Europe, guerres civiles. Fin de la Renaissance. Ambiance de fin d époque.

Auteurs : Ronsard, Chassignet, Calderon, Corneille (début de carrière)

Œuvres : l’Illusion comique (Corneille), La vie est un songe (Calderon), Dom Juan (Molière).

 

 

Le classicisme : XVIIème-XVIIIème siècle.

Origine : France.

Développement : toute l’Europe.

Eléments : symétrie, règles précises (bienséance et vraisemblance), retour à l’histoire et à la mythologie antiques, écrits moralisateurs.

Bienséance : éviter de choquer le spectateur : pas de sang sur scène, langage soutenu généralement en vers (surtout Alexandrins), respect des classes sociales, morale vertueuse.

Vraisemblance : rendre la pièce de théâtre le proche de la réalité : règle des trois unités : de temps (une journée), d’action (une intrigue) et de lieu (un seul lieu).

Règles : posées pour l’écriture par Boileau dans L’art poétique. Inspiration des Anciens (Grecs et Romains) pour les règles d’écriture (rythme des vers, sujets abordés, formes des écrits pour la tragédie ou la comédie avec comme référence La poétique d’Aristote).

Epoque : le règne de Louis XIV (1661-1715). Règne prestigieux qui utilisait la culture pour son pouvoir. Remise en ordre du royaume de France après des périodes de troubles (La Fronde dans les années 1650’s), d’où un mouvement artistique basé sur des règles.

Auteurs : Molière (comédie), Racine et Corneille ( tragédie) : théâtre.

La Bruyère, La Fontaine, Boileau.

deux femmes : Madame de La Fayette, Madame Sévigné.

Œuvres : les fourberies de Scapin (Molière), Bérénice (Racine), Les Caractères (La Bruyère), Les fables de La Fontaine, la Princesses de Clèves (La Fayette),

 

Les Lumières : XVIIIème siècle.

Origine : France.

Développement : Europe.

Eléments:plus philosophiques que littéraires. Utilisation de la raison, mise en avant de la science et de l’expérience. Remise en cause du pouvoir du roi (absolutisme) et de l’Eglise (obscurantisme). Lutte contre les préjugés, l’intolérance, l’esclavagisme, la colonisation européenne. Période aussi du libertinage.

Formes littéraires : contes philosophique, dialogues philosophiques comme dans l’Antiquité (Platon), Essais philosophiques.

Epoque : après la mort de Louis XIV (1715), régence et règne de Louis XV, période d’ouverture d’esprit après le règne de fer du roi-soleil, besoin de s’amuser et de nouveautés. Ouverture de salons littéraires et philosophiques chez des femmes d’aristocrates à Paris où les discussions prennent une tournure nouvelle et remettent en cause les traditions de l’Ancien Régime. Louis XV lui- même avaient des lectures de philosophes des Lumières.

Auteurs : Montesquieu, Voltaire, Diderot, Rousseau. Sade et Laclos (libertinage).

Œuvres : l’esprit des lois et les lettres persannes (Montesquieu), Candide et Zadig (contes philosophiques de Voltaire), l’Encyclopédie et Jacques le fataliste (Diderot), Le contrat social et les confessions (Rousseau). Sade (Justine ou les malheurs de la vertu), Laclos (les liaisons dangereuses).

Portée de ce mouvement : le but était d’éclairer par la raison. Ce mouvement intellectuel, littéraire et philosophique fut préparateur de la Révolution Française.

 

 

Le romantisme : XIX ème siècle

Origine : Allemagne et Angleterre.

Développement : France ensuite et Europe.

Eléments : l’hyperbole et l’exagération des sentiments. Construction d’un héros romantique solitaire et aventurier. Présence fréquente de Dieu et de la religion. Sujets des œuvres romantiques tournés vers l’expression des sentiments, de l’amour, de la mort. Généralement, des personnages de rang élevé. Mouvement littéraire ne recherchant pas la réalité.

Formes littéraires : l’ode lyrique, le roman historique, le théâtre.

Epoque : surtout la première moitié du XIX ème siècle. Après la révolution française et le règne de la raison, besoin de rêver et d’aller contre la philosophie des Lumières. Donc, retour vers le christianisme, face à la raison les romantiques recherchent l’émotion et les mystères de la vie et de l’âme. Enfin, époque de la restauration (la monarchie revient au pouvoir), fin des illusions révolutionnaires, déception de l’épopée napoléonienne.

Auteurs : Chateaubriand, Victor Hugo, Musset, Dumas, De Vigny, Lamartine.

Œuvres : Mémoires d’Outre-Tombe, Du génie du christianisme(Chateaubriand), Les Misérables ou La légende des Siècles (Hugo), Lorenzaccio ou les Caprices de Marianne (Musset, théâtre), Les trois mousquetaires ou le comte de Monte- Cristo (Dumas), Chatterton (Vigny, poèmes), Les méditations (Lamartine, poèmes).

 

Le romantisme effectue une rupture avec les règles classiques du théâtre, en mélangeant les genres (comique et tragique en même temps), en mélangeant les classes sociales, et en se défaisant des règles de bienséance et de vraisemblance. La pièce d’Hugo, Hernani, fut le symbole de ce bouleversement littéraire : une querelle dans le théâtre s’engagea lors de la première représentation, querelle entre les Anciens et les Modernes.

 

 

Le réalisme/naturalisme : XIXème siècle (seconde moitié surtout)

Origine : France

Eléments : description très précise, champs lexicaux techniques sur les métiers, portraits psychologiques et physiques nuancés, importance des statuts sociaux. Volonté de retranscrire la réalité.

Genres littéraires : règne du roman.

Epoque : deuxième moitié du XIX ème siècle, marquée par la révolution industrielle. Le réalisme et le naturalisme décrivent l’avènement de la bourgeoisie et l’éclosion de la classe ouvrière. Le monde et la société changent rapidement avec le chemin de fer, l’explosion des grandes villes et l’exode rural. Le développement des sciences, notamment des sciences sociales (sociologie, psychologie), mais aussi des sciences naturelles (théorie de l’évolution de Darwin) offre de nouvelles perspectives pour analyser les comportements individuelles utilisées dans les romans naturalistes (Zola nous livre sa définition du naturalisme dans le roman expérimental).

Auteurs : Flaubert, Maupassant, les frères Goncourt, Zola et…Balzac père du réalisme.

Œuvres : La comédie humaine de Balzac (fresque sociale de son époque regroupant tous ses romans), la fortune des Rougons-Macquart de Zola (fresque sociale d’une famille sous le second empire), Une Vie ou Bel-Ami de Maupassant, l’éducation sentimentale ou Madame Bovary de Flaubert.

 

Le réalisme et le naturalisme trouvent leur origine dans la volonté de se détacher du romantisme et de ses exagérations. Ils souhaitent refléter plus fidèlement la réalité. Le réalisme constitue un témoignage de la société du temps de l’auteur. Le naturalisme utilise les progrès scientifiques dans la construction des personnages et leur évolution dans le roman.

 

Le Parnasse/symbolisme : deuxième moitie XIXème siècle.

Origine : France.

Eléments : but essentiellement esthétique. Refus des engagements politiques. Recherche de l’art pour l’art. Retour à des formes poétiques fixes. Ecriture impersonnelle, l’écrivain s’efface derrière son art. Pour le symbolisme, recherche du sens caché des choses. Volonté de comprendre le monde par la poésie, vue comme moyen ultime de connaissance. Donner des symboles aux choses et objets. Associations d’idées, et sonorités au cœur des poèmes afin de créer des sensations et des correspondances liant le monde réel et le monde caché.

Genre littéraire : la poésie.

Domaines : littérature, musique surtout.

Epoque : désenchantement dans la politique et les luttes révolutionnaires avec second empire, puis IIIème République. Durant ces régimes, triomphe de la bourgeoisie et de ses valeurs morales et de réussite matérielle, valeurs détestées par les poètes parnassien ou symbolistes. Détachement de la réalité et des mouvements réaliste/naturaliste. Perte de confiance dans le progrés technique. Volonté d’explorer les réalités obscures du monde. Mode de l’occultisme et du spiritisme. Début de la psychologie. Intérêt pour les civilisations anciennes et lointaines, temps des grandes explorations.

Auteurs : Baudelaire, Rimbaud, Verlaine (les trois sont à la fois dans les mouvements, tout en conservant une grande indépendance), Leconte de Lisle, Mallarmé, Hérédia, Gautier.

Œuvres : Poèmes antiques (Leconte de Lisle, 1853), Les Trophées (Heredia, 1893), l’après-midi d’un faune (Mallarmé, 1876), Emaux et camées (Gautier, 1852)

 

Le surréalisme : première moitié du XXème siècle.

Origine : France.

Eléments : écriture automatique, associations d’idées, de sonorités, d’images parfois contradictoires. Exploration de l’inconscient, et du monde du rêve. Remise en cause des formes traditionnelles littéraires. Engament politique pour la révolution de la société, au côté du parti communiste.

Genres littéraires : poésie, roman.

Domaines : littérature, photographie, peinture, cinéma.

Epoque : développement durant l’entre-deux-guerres. Désillusion de la première guerre mondiale. Perte de confiance dans le progrès. Revirement artistique par rapport au naturalisme, besoin de s’échapper de la réalité, de rêver. Volonté de croire au pacifisme, à un idéal de paix en Europe. Mise en avant de l’amour, et de la femme, de ce qu’elle représente comme douceur, par rapport à la violence des hommes et de la guerre. Dénonciation à la suite de la révolution russe de 1917 de la société capitaliste bourgeoise.

Auteurs : Breton, Eluard, Aragon, Desnos, Queneau, Prévert Ponge.

Œuvres :Manifeste du surréalisme(1924 pour le premier, Breton), Nadja (1928, Breton), Capitale de la douleur (1926, Eluard), les Yeux d’Elsa (1942, Aragon), Corps et Biens (1930, Desnos), Paroles (1945, Prévert), Zazie dans le métro (1959, Queneau), Le Parti pris des choses (1942, Ponge)

 

 

 

Remarque :

 

Les mouvements littéraires et/ou artistiques réagissent souvent à leur prédécesseur, ou marquent des changements d’époque. C’est ainsi que le baroque suit l’humanisme et découle d’une période beaucoup moins tolérante et beaucoup plus violente. Le classicisme rétablit des règles, là où le baroque laissait faire l’anarchie. Les Lumières attaquent les valeurs de l’époque classique, quand ensuite le romantisme attaquera ses règles, et remettra en cause la pensée des Lumières. Le réalisme/naturalisme s’opposera au romantisme, et le surréalisme au naturalisme.

Voilà bien une marque de fabrique des arts qui pour se renouveler doivent d’abord réagir aux écoles précédentes.

Contact:lescoursjulien@yahoo.fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *