JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.

Dom Juan, Acte V, Scène V (5), Scène VI (6), Dénouement, commentaire, Molière.

Contact:lescoursjulien@yahoo.fr

 

Acte V, scène V (5), scène VI (6) dénouement, Dom Juan, Molière, 1665.

 

Scène V
Dom Juan, un Spectre, en femme voilée, Sganarelle

Le Spectre
Dom Juan n’a plus qu’un moment à pouvoir profiter de la miséricorde du Ciel ; et s’il ne se repent ici, sa perte est résolue.

Sganarelle
Entendez−vous, Monsieur ?

Dom Juan
Qui ose tenir ces paroles ? Je crois connaître cette voix.

Sganarelle
Ah ! Monsieur, c’est un spectre : je le reconnais au marcher.

Dom Juan
Spectre, fantôme ; ou diable, je veux voir ce que c’est. (Le Spectre change de figure et représente le Temps avec sa faux à la main.)

Sganarelle
O Ciel ! voyez−vous, Monsieur, ce changement de figure ?

Dom Juan.
Non, non, rien n’est capable de m’imprimer de la terreur, et je veux éprouver avec mon épée si c’est un corps ou un esprit. (Le Spectre s’envole dans le temps que Dom Juan le veut frapper.)

Sganarelle
Ah ! Monsieur, rendez−vous à tant de preuves, et jetez−vous vite dans le repentir.

Dom Juan
Non, non, il ne sera pas dit, quoi qu’il arrive, que je sois capable de me repentir. Allons, suis−moi.

 

Scène VI

La Statue, Dom Juan, Sganarelle

La Statue
Arrêtez, Dom Juan : vous m’avez hier donné parole de venir manger avec moi.

Dom Juan
Oui. Où faut−il aller ?

La Statue
Donnez−moi la main.

Dom Juan
La voilà.

La Statue
Dom Juan, l’endurcissement au péché traîne une mort funeste, et les grâces du Ciel que l’on renvoie ouvrent un chemin à sa foudre.

Dom Juan
O Ciel ! que sens−je ? Un feu invisible me brûle, je n’en puis plus, et tout mon corps devient un brasier ardent. Ah ! (Le tonnerre tombe avec un grand bruit et de grands éclairs sur Dom Juan ; la terre s’ouvre et l’abîme ; et il sort de grands feux de l’endroit où il est tombé.)

 

Sganarelle
Ah ! mes gages ! mes gages ! Voilà par sa mort un chacun satisfait. Ciel offensé, lois violées, filles séduites, familles déshonorées, parents outragés, femmes mises à mal, maris poussés à bout, tout le monde est content ; il n’y a que moi seul de malheureux, qui, après tant d’années de service, n’ai point d’autre récompense que de voir à mes yeux l’impiété de mon maître punie par le plus épouvantable châtiment du monde. Mes gages ! mes gages ! mes gages !

FIN

 

 

Exemple d’un plan de commentaire avec introduction et conclusion de Dom Juan, scène 5-6, acte V, dénouement, Molière (1665).

(ceci est un exemple, et non un modèle. Votre réflexion personnelle peut évidemment mener à d’autres pistes de lecture.)

 

Introduction :

 

Dom Juan ou le festin de Pierre est une tragi-comédie écrite en 1665 par Molière, inspirée du mythe créé par l’Espagnol Tirso de Molina. Cette pièce nous conte les aventures d’un grand aristocrate espagnol et de son fidèle serviteur, inspiré de la comdia dell arte, Sganarelle. En pleine époque classique, Molière crée une pièce baroque sur le sujet du libertinage. Tout comme Tartuffe, Dom Juan subit rapidement la censure après quelques représentations. (accroche avec informations sur l’oeuvre)

Les deux scènes présentées ici constituent le dénouement de l’oeuvre. Sganarelle est le témoin de la chute de Dom Juan. Des personnages mystérieux et inquiétants précipitent le héros éponyme vers la mort et l’enfer, pendant que son valet assiste impuissant à cette fin violente. (présentation de l’extrait).

En quoi ces deux dernières scènes définissent-elles le genre tragi-comique de la pièce ? (problématique).

Nous montrerons tout d’abord que cette fin dresse un résumé, une synthèse de toute la pièce, puis nous mettrons en avant les effets baroques du dénouement. (annonce de plan)

 

(introduction en quatre parties avec une accroche, présentation du passage, problématique et annonce de plan).

 

I- Une synthèse de la pièce.

 

(phrase d’introduction de la partie avec rappel du thème lors de la rédaction)

 

a) Le rôle de Sganarelle.

 

 

  • rôle toujours protecteur, cherche à raisonner son maître : « Ah ! Monsieur, rendez-vous à tant de preuves t jetez-vous vite dans le repentir ». Il veut le faire revenir vers Dieu.
  • Toujours présence de sa peur devant la colère divine, devant ce qui pourrait offenser Dieu. D’ailleurs, il reste caché dans la dernière scène avant de réapparaître une fois le danger terminé.
  • Enfin, il reste le compagnon indissociable de Dom Juan jusqu’à la fin. Il conserve son caractère comique : « Je le reconnais au marcher »(un fantôme ne marche pas), et son importance dans l’oeuvre est marquée par le fait qu’il énonce la dernière réplique : énumération qui fait le bilan de la pièce, et donne la morale.

 

b) Dom Juan, un indéfectible rationaliste.

 

  • il garde son arrogance et ses certitudes : « Qui ose tenir ces paroles ? ». « rien ne peut m’imprimer de la terreur » Il est encore provocateur.
  • Son courage de gentilhomme (qualité) toujours présent, il reste rationnel et cherche à comprendre : « Spectre, fantôme ou diable, je veux voir ce que c’est » énumération suivi de sa volonté de savoir.
  • Reste encore logique dans l’action « et je veux éprouver avec mon épée si c’est un corps ou un esprit », empirisme (croire en l’expérience concrète) est toujours sa croyance.
  • Même enfin quand il en appelle au ciel « Ô Ciel ! », seule pensée raisonnable quand tout a échoué.  

    c) La punition, le châtiment.

 

  • spectre en femme voilée (didascalie) rappelle évidemment toutes les promesses de mariage non honorées, et plus particulièrement Done Elvire. Vengeance féminine et principal péché de Dom Juan.
  • Allégorie de la mort quand le spectre se transforme : le Temps avec une faux à la main. La mort vient pour le frapper.
  • Statue arrive dans la scène VI pour délivrer sa sentence, allégorie de la justice divine. Figure du père, de Dom Louis, froide et noble.
  • Résumé de la pièce qui montre que la conduite libertine ne peut qu’aboutir à la sanction la plus extrême : la mort et l’enfer.

 

(phrase de conclusion/transition de la partie lors de la rédaction)

 

II- Un dénouement baroque.

 

( phrase d’introduction de la partie avec rappel du thème lors de la rédaction)

 

a) Le règne de l’illusion.

 

  • présence du spectre/fantôme/Temps avec faucheuse : transformation et métamorphose typique du baroque. Statue qui arrive de nulle part. Univers fantastique.
  • Didascalie finale montre l’utilisation d’effets spéciaux:tonnerre, grand bruit, grands éclairs, spectacle pyrotechnique. Pièce à machine, rappel du « Deus ex machina » antique, qui apportait le dénouement avec une nacelle déposée sur la scène par des poulies et un dieu qui résolvait tous les conflits.
  • Encore apport baroque contre la vraisemblance du classicisme.

 

b) Une fin choquante.

 

  • attitude provocatrice pour les spectateurs de l’époque de Don Juan qui s’enferme jusqu’à la fin dans l’erreur et le péché.
  • Représentation de la mort sur scène choque les spectateurs : « Un feu invisible me brûle.. ». Il subit le châtiment des hérétiques, ceux qui ont une foi et une pratique religieuse non approuvée par l’Eglise. Descriptions de ses souffrances.
  • La bienséance classique est ici bouleversée.  

    c) Le mélange des genres.

 

  • Dénouement tragique avec la mort du héros éponyme, porté par le dilemme « se repentir ou mourir ».
  • Fatalité qui pèse sur lui : « Dom Juan, l’endurcissement au péché entraîne une mort funeste ». Il ne peut échapper à la sanction divine « et les grâces du Ciel que l’on renvoie ouvrent un chemin à la foudre. ».
  • Cette fin tragique est accompagnée d’un registre pathétique qui évoque la souffrance du grand seigneur méchant homme : « que sens-je », il ressent de la douleur physique.
  • Sganarelle par contre clôt la pièce dans un registre comique avec la répétition « mes gages, mes gages » qui ouvre et ferme sa réplique finale. Pause comique qui atténue l’émotion du spectateur après le tourbillon de violence qui s’est abattu sur Don Juan. « Plaire et instruire », toujours devise du classicisme, transformé en baroque le temps d’une pièce de Molière.

 

( phrase de conclusion de la partie lors de la rédaction).

 

 

Conclusion :

 

Le dénouement de la pièce apporte une solution rapide et synthétique à l’histoire comme le réclame le classicisme. Molière rappelle notamment à travers la réplique finale de Sganarelle les enjeux et les péripéties de l’oeuvre, tout en permettant au spectateur de se divertir après l’épisode violent de la mort de Don Juan. En effet, la fin est spectaculaire et violente. Don Juan meurt sur scène dans une mise en scène infernale et fantastique. Ce dénouement termine la pièce d’une manière baroque, qui rompt avec les règles de vraisemblance ou de bienséance du classicisme. (reprise des conclusions partielles et réponse à l’annonce de plan)

La fin est tragi-comique. La mort du héros nous bouleverse autant que les interventions de Sganarelle provoque le rire. Résumé de la pièce par la synthèse des enjeux et de l’histoire, ces dernières scènes résument aussi l’ambition artistique de Molière qui souhaitait faire « pièce à machine », une pièce complexe par les décors et les effets spéciaux, les effets de surprise. Le mélange des genres est roi. (réponse à la problématique)

Seulement quelle autre fin Molière pouvait-il faire ? Dans le contexte du règne d’un Louis XIV qui souhaitait se rapprocher de l’Eglisse catholque romaine, Don Juan ne pouvait vivre. Il devait expier ses péchés par la mort et une descente aux enfers. Bien que le spectateur ait senti durant la pièce le cartésianisme profond de Molière, ce dernier ne pouvait aller jusqu’au bout de sa pensée. Et encore, la pièce fut très tôt censurée, comme Tartuffe. On ne pouvait remettre en cause facilement la religion à l’époque. (ouverture)

 

(conclusion avec reprise des conclusions partielles, réponse à la problématique et ouverture).

Si vous avez apprécié cette page, n’hésitez pas, s’il vous plaît à cliquer sur une bannière publicitaire. Merci:-)

Contact :lescoursjulien@yahoo.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *