JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.

Citation: « Ainsi de leurs flatteurs les rois sont les victimes; mais les rois en tombant entraînent leurs flatteurs », La Thébaïde, acte V, scène 3, Racine, 1664.

 

Lescoursjulien.com

Citation Racine, :

« Ainsi de leurs flatteurs les rois sont les victimes ; mais les rois, en tombant, entraînent leurs flatteurs »( La Thébaïde, Acte V, scène 3, 1664)

Jouée en 1664 au théâtre du Palais-Royal, La Thébaïde fut la première pièce de Racine mise en scène. Le grand dramaturge classique était en effet au début de sa carrière, et n’avait pas encore rencontré le succès, qui viendrait quelques années plus tard avec Andromaque (1667).

Comme durant tout le classicisme (siècle de Louis XIV) une réflexion logique et morale se distingue dans la littérature. En pleine monarchie absolue, à l’époque d’une cour nombreuse et prestigieuse à Versailles, autour de Louis XIV, le thèmes des courtisans inspirait les auteurs. La Fontaine, à travers ses Fables, ou La Bruyère, dans ses Caractères, effectuaient des satires mordantes de l’aristocratie de cour, et de ses mœurs.

Ici, Racine rappelle à la fois que des monarques écoutent des personnages sans honneur ou profondeur, mais encore que leur égoïsme et leur fatuité mènent à leur propre perte. Un courtisan n’a pas l’intelligence de penser aux conséquences.

Ils cherchent à s’attacher les faveurs du roi, mais liés uniquement à lui, ils perdent ce qu’ils avaient gagné avec un autre. Seul l’aveuglement d’un prince les élevait, pas leurs qualités, compétences, intelligence ou intégrité.

La force du propos est évidemment engendré par le parallélisme, le chiasme fonctionnant sur la répétition de « rois », embrassée par celle de « flatteurs ». Résonne alors un conseil moral, une expérience de vie sur le changement de fortune. La roue du destin tourne. Etre puissant à côté des rois dépend toujours de leur volonté, malgré l’importance que l’on pensait posséder.

lescoursjulien@yahoo.fr

lescoursjulien.com

Si vous avez apprécié l’article ci-dessus, n’hésitez pas à cliquer s’il vous plaît sur une bannière publicitaire, merci;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *