JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.

Candide, chapitre XIX(19), passage du « nègre de Surinam », commentaire, Voltaire, 1759.

Contact:lescoursjulien@yahoo.fr

 

Candide, chapitre XIX (19), passage du « nègre de Surinam », 1759, Voltaire.

 

 

En approchant de la ville, ils rencontrèrent un nègre étendu par terre, n’ayant plus que la moitié de son habit, c’est-à-dire d’un caleçon de toile bleue ; il manquait à ce pauvre homme la jambe gauche et la main droite. « Eh, mon Dieu ! lui dit Candide en hollandais, que fais- tu là, mon ami, dans l’état horrible où je te vois ?– J’attends mon maître, M. Vanderdendur, le fameux négociant, répondit le nègre.
– Est-ce M. Vanderdendur, dit Candide, qui t’a traité ainsi ?
– Oui, monsieur, dit le nègre, c’est l’usage. On nous donne un caleçon de toile pour tout vêtement deux fois l’année. Quand nous travaillons aux sucreries, et que la meule nous attrape le doigt, on nous coupe la main ; quand nous voulons nous enfuir, on nous coupe la jambe : je me suis trouvé dans les deux cas. C’est à ce prix que vous mangez du sucre en Europe. Cependant, lorsque ma mère me vendit dix écus patagons sur la côte de Guinée, elle me disait :  » Mon cher enfant, bénis nos fétiches, adore-les toujours, ils te feront vivre heureux, tu as l’honneur d’être esclave de nos seigneurs les blancs, et tu fais par là la fortune de ton père et de ta mère.  » Hélas ! je ne sais pas si j’ai fait leur fortune, mais ils n’ont pas fait la mienne. Les chiens, les singes et les perroquets sont mille fois moins malheureux que nous. Les fétiches hollandais qui m’ont converti me disent tous les dimanches que nous sommes tous enfants d’Adam, blancs et noirs. Je ne suis pas généalogiste ; mais si ces prêcheurs disent vrai, nous sommes tous cousins issus de germains. Or vous m’avouerez qu’on ne peut pas en user avec ses parents d’une manière plus horrible.

– Ô Pangloss ! s’écria Candide, tu n’avais pas deviné cette abomination ; c’en est fait, il faudra qu’à la fin je renonce à ton optimisme.
– Qu’est-ce qu’optimisme ? disait Cacambo. – Hélas ! dit Candide, c’est la rage de soutenir que tout est bien quand on est mal. » Et il versait des larmes en regardant son nègre, et en pleurant il entra dans Surinam.

 

 

Exemple d’un plan de commentaire avec introduction et conclusion du passage du « nègre de Surinam », chapitre XIX (19), Candide, Voltaire, 1759.

(Ceci n’est qu’un exemple, et évidemment pas un modèle. Votre réflexion personnelle peut mener à d’autres pistes de lecture).

 

Introduction :

 

Candide paraît en 1759. Cet ouvrage fait partie de la lignée des contes philosophiques que Voltaire écrit comme Micomégas ou Zadig. A travers des histoires irréelles, l’auteur nous livre une vision sur son monde et son époque. La forme de l’apologue imaginaire lui permet d’éviter une censure pointilleuse et lui permet de plaire au lecteur avant de l’instruire par ses réflexions. (contexte littéraire et auteur)

Candide conte l’histoire du héros éponyme (qui s’appelle Candide aussi, comme le titre de l’oeuvre) qui traverse de multiples épreuves sur plusieurs continents avant de retrouver son amoureuse (Cunégonde), et la tranquillité. Entre-temps, il s’est fait une idée plus précise du monde et des hommes, en découvrant des civilisations différentes, et des comportements parfois trop semblables (comme la méchanceté, la malhonnêteté, le fanatisme, l’égoïsme, la cupidité…). Candide est aussi un roman d’apprentissage qui nous montre un innocent qui découvre les bassesses humaines. (résumé de l’oeuvre en cas d’étude de l’oeuvre intégrale en classe)

Le passage étudié du « nègre de Surinam » se situe dans la deuxième partie du livre. Candide accompagné par son ami Cacambo est sur la fin de son périple en Amérique du Sud. Après son départ de l’eldorado, il chercher à rejoindre la côte pour prendre un bateau vers l’Europe. Il se retrouve donc au Surinam, la Guyane hollandaise (juste au-dessus de la Guyane française actuelle). Et sur la route, les deux compères rencontrent un esclave mutilé. S’engage alors un dialogue entre Candide et lui. (présentation du passage)

Comment Voltaire fait-il un blâme de l’esclavage à travers ce texte ? (problématique)

Tout d’abord, nous montrerons que ce texte s’inscrit pleinement dans le genre du conte philosophique, puis nous détaillerons les critiques portées par Voltaire sur la civilisation européenne dans cet extrait. (annonce de plan).

 

(introduction en quatre parties : l’accroche, la présentation du passage, la problématique et l’annonce de plan).

 

I- Un conte philosophique.

(phrase d’introduction de la partie avec rappel du thème lors de la rédaction)

 

a) les éléments du conte.

 

  • une rencontre hasardeuse, surprenante : « ils rencontrèrent », événement soudain. Rien ne laissait présager qu’ils allaient voir un esclave sur le bord de la route.
  • Le nom du hollandais symbolique : « Vanderdendur », qui a la dent dure, qui est sévère comme nous le montre le traitement de l’esclave. Nom à consonance hollandaise dans une colonie hollandaise à l’époque. Candide parle hollandais: « lui dit Candide en hollandais ».
  • exotisme de l’Amérique du Sud, du pays lointain : « Cacambo », « perroquets », « Surinam ».

 

b) La structure argumentative.

 

  • Construit comme une fable, un apologue : trois parties avec l’exposition au début lors de la contre, le discours de l’esclave et la morale apportée par Candide.
  • Présence de connecteurs logiques : « Cependant », « mais », « mais », « Or », « et ». Discours de l’esclave mené aussi en trois temps : de « oui monsieur », « en Europe », description des conditions de vie et de travail, de « Cependant » à « Hélas ! », histoire de sa vente, puis la question religieuse à la fin.
  • Procédés oratoires : parallélismes « Quand nous voulons… », « C’est à ce prix.. » présent de vérité générale, prosopopée quand il fait parler sa mère, « je ne sais pas si j’ai fait leur fortune, mais ils n’ont pas fait la mienne » chiasme, « mille fois moins » hyperbole, « Je ne suis pas généalogiste…germains » rythme ternaire, « vous m’avouerez » interpellation du lecteur.

     

    c) Persuader et convaincre.

 

  • le discours de l’esclave est argumentatif et vise à convaincre le lecteur (et l’interlocuteur) par sa logique, son témoignage et la construction étudiée ci-dessus. Quelques éléments de persuasion présents : « Oui Monsieur », réponse marquant la fatalité de sa situation et la déférence vis-à-vis du blanc, « Hélas ! » vocabulaire du tragique, encore la fatalité.
  • Les réactions de Candide appartiennent plus au domaine de l’émotion. Il porte l’envie de persuader le lecteur par l’auteur de l’injustice et des malheurs causés par l’esclavage.
  • Plusieurs de ses répliques montrent son épouvante :  « Eh mon Dieu ! », « ô Pangloss ! S’écria Candide. ». registre pathétique des émotions de Candide : « larmes », « pleurant ». Enfin, jugement du narrateur et de Candide sur la situation injuste de l’esclave : « à ce pauvre »(lors de la description des mutilations), « qui t’a traité ainsi ? » (jugement de Candide).

 

(phrase de conclusion/transition de la partie lors de la rédaction).

 

II- Une dénonciation violente de la civilisation européenne.

(phrase d’introduction de la partie lors de la rédaction)

 

a) Remise en cause de l’esclavage.

 

  • description réaliste de la condition d’esclave : la misère « étendu par terre, n’ayant que la moitié de son habit » tel un mendiant, pauvres vêtements « caleçon de toile bleue », « caleçon de toile pour tout vêtement deux fois l’année », mutilations « manquait à ce pauvre homme la jambe gauche et la main droite ».
  • Manque de liberté mis en avant : « quand nous voulons nous enfuir », esclave considéré comme une marchandise dont le propriétaire est l’acheteur « lorsque ma mère me vendit dix écus patagon sur la côte de Guinée », réalisme encore avec la précision chiffrée et la localisation dans le golf de Guinée, point de départ de nombreux navires esclavagistes.
  • Conditions de travail : « Quand nous travaillons aux sucreries.. », « et que la meule nous attrape le doigt.. », accidents du travail fréquents dans les plantations ou les mines, dans lesquelles travaillaient les esclaves.
  • Causes économiques de l’esclavage mises en avant : « C’est à ce prix que vous mangez du sucre en Europe » (réduction des coûts pour offrir un plaisir aux Européens, consommateurs de produits tropicaux), « me vendit dix écus », rapport économique supérieur du blanc achète un esclave.

 

b) Dénonciation de l’hypocrisie de la religion chrétienne.

 

  • prosopopée de la mère de l’esclave utilise un champ lexical religieux pour parler des blancs : « bénis nos fétiches, adore les ». Blancs divinisés (fétiche=divinité). Divinisation des Blancs à plusieurs reprises lors de leur première apparition dans un territoire à l’époque. Répétition ironique de l’esclave avec expression « fétiches hollandais ». critique de la superstition.
  • Le rôle des missionnaires, des évangélistes qui accompagnaient chaque expédition coloniale est aussi mis en lumière : «qui  m’ont converti », évangélisation des populations par abandon de leur religion première pour le christianisme imposé. Dénonciation d’une foi imposée, et d’un manque de tolérance des autres religions/cultures.
  • Enfin, critique anticléricale, contre l’Eglise, habituelle chez Voltaire. Message religieux de tolérance et de fraternité exposé par l’esclave «nous sommes tous fils d’Adam », « nous sommes tous cousins issus de germains ». Logique pure, si le message religieux s’applique, et principe de la fraternité des chrétiens. Seulement, la différence de traitement entre les chrétiens libres et les esclaves convertis ne peut faire d’eux des frères. Par la logique imparable de l’esclave, Voltaire montre le mensonge de l’Eglise.

 

  1. Une vision pessimiste de l’homme européen.

 

  • description péjorative de l’homme européen : « maître », « Vanderdendur », marque la dureté de l’homme européen. Les marchands qui pratiquent les activités coloniales sont dénigrés par Voltaire : « le fameux négociant », fameux est ironique ici. Et comme nous l’avons montré au-dessus, caractère mensonger de la religion européenne.
  • En miroir de ce discours, Voltaire souhaite montrer la cruauté, l’intolérance et le manque d’humanité de la civilisation européenne. Pleine période des Lumières et défense de ses valeurs. Engagement de l’auteur.
  • Enfin, critique voltairienne présente dans tout Candide de l’optimisme (défendu par le philosophe allemand Leibnitz): « il faudra qu’à la fin, je renonce à ton optimisme ». Candide n’ y croit plus. Et Voltaire nous en fournit sa définition péjorative « c’est la rage de soutenir que tout est bien quand tout est mal ».

 

(conclusion de la partie lors de la rédaction).

 

Conclusion :

 

Ce célèbre passage de Candide nous décrit avec violence mais réalisme l’esclavage à l’époque de Voltaire. Si le récit s’inscrit dans la tradition du conte par ses invraisemblances, son humour et ses noms propres imagés, il cherche avant tout à transmettre un message, construit et argumenté. Il provoque la compassion et l’horreur du lecteur par la tonalité pathétique et tragique du récit de l’esclave, et par les réactions émues et humaines de Candide. Le philosophe exprime son dégoût de l’esclavage. (réponse à l’annonce de plan).

Voltaire critique aussi très violemment la civilisation européenne. Intolérante, égoïste, marchande, elle possède une religion mensongère. Il défend en creux d’autres valeurs opposées : la tolérance, la liberté, une religion universelle, les valeurs des Lumières. Ce passage nous offre la vision d’un philosophe des Lumières sur la société de son temps. (réponse à la problématique)

Dans le conte, ce chapitre de l’histoire suit le séjour de Candide et Cacambo dans le pays de l’Eldorado. Le passage rapide d’un pays utopique, gouvernée avec sagesse par ses habitants, et les malheurs de l’esclave entraînée par l’Europe offre un contraste saisissant, et un brusque retour à la réalité pour Candide après l’épisode plus optimiste de l’Eldorado. (ouverture).

(conclusion avec trois éléments : réponse à l’annonce de plan, réponse à la problématique, ouverture).

Contact : lescoursjulien@yahoo.fr

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *