JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.

Ainsi de leurs flatteurs les rois sont les victimes…, citation célèbre, Racine, La Thébaïde, 1664.

lescoursjulien.com

Citation célèbre : Ainsi de leurs flatteurs les rois sont les victimes ;

                                   Mais les rois en tombant entraînent leurs flatteurs.

 

« Ainsi, de leurs flatteurs les rois sont les victimes ;

Mais les rois en tombant entraînent leurs flatteurs. »

Jean Racine, La Thébaïde, Acte V, scène 3, 1664.

Cette citation est composée de deux alexandrins ,qui ne se suivent pas, tirés d’une réplique d’Antigone à Créon (son oncle). Cette première tragédie du jeune Racine (1639-1699) raconte la lutte fratricide des fils d’Oedipe, Etéocle et Polynice, qui portera au pouvoir à Thèbes, leur oncle Créon, et engendrera la mort de leur sœur Antigone.

Nous pouvons déjà remarquer la construction tout en parallélisme des deux vers, avec un chiasme.En effet, le mot « flatteurs » encadre le mot  « rois ». Evidemment, la structure accompagne le sens. Les flatteurs sont proches des puissants, les encerclent.

Ensuite, nous comprenons que les rois tombent en écoutant les flatteurs. Ils sont victimes des mauvais conseils, qui ne servent pas l’intérêt général, ou l’intérêt du monarque, mais seulement celui des flatteurs. Cependant, ces derniers sont incapables de se projeter à long terme, et n’intègrent pas qu’un changement de pouvoir ,provoqué par leur incompétence et leur égoïsme, leur sera préjudiciable. Le nouveau monarque les évincera pour les remplacer par des personnes compétentes et dévouées, ou par des flatteurs proches de lui.

Ainsi, la morale de ces deux vers montre que la nocivité des flatteurs, leur parasitisme malveillant se retourne contre eux avec la chute de leur protecteur, car ils ne sont rien sans lui.

Cette critique des courtisans au temps de Louis XIV est fréquente dans la littérature moralisatrice classique. Nous en trouvons de nombreux exemples dans les Fables de La Fontaine.

lescoursjulien.com

lescoursjulien@yahoo.fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *